Babylab, la fabrique de petits codeurs

Babylab
Babylab est l’un des premiers laboratoires de fabrication numérique (FabLab) en Côte d’Ivoire. Installé depuis juillet 2014 à Abobo, quartier défavorisé d’Abidjan, il propose aux jeunes une initiation à la programmation, au codage, à l’électronique et à la robotique. Cette palette de cours originale séduit et attire. Rencontres.

Samedi 23 décembre 2017…

Pendant que les gamins de son âge sont en pleins préparatifs de la fête de Noël, Touré Sadia Daniel, 13 ans, est concentré sur un ordinateur du centre BabyLab. Au menu des tâches : un exercice de codage sur le logiciel Mblock. Daniel doit combiner un ensemble de notes pour créer une signalétique sonore, pour un jouet. « J’arrive à concevoir des jeux et des histoires. Je maîtrise le langage HTLM, je fais mes premiers pas dans la création de site internet », lance fièrement l’adolescent.
Malgré son jeune âge, Touré Sadia Daniel est l’un des anciens du centre : il est au niveau 2 de sa formation, il a une parfaite maîtrise des logiciels de base, à savoir Word, Excell et Powerpoint. Sa moyenne en informatique est de 17/20. Touré Sadia Daniel a un rêve : devenir un développeur en Java. Pour atteindre ce but, il suit de façon assidue pendant une heure, les mercredis et samedis, son programme.
4 amis pour un robot.
A ses côtés, quatre de ses amis sont mobilisés sur la construction d’un robot, tandis qu’un autre groupe monte un ordinateur. Comme ces apprenants, ils sont 200, selon Beucler Kpagni, FabManager et formateur de Babylab, à avoir bénéficié de ces formations gratuites. Rebeca Djidji, une étudiante de 17 ans, est l’une des bénéficiaires. La jeune fille, grande fierté du FabLab abidjanais, a mis au point une application baptisée Mon Chat : lorsque l’écran d’un appareil est touché, on entend un miaulement.

Une ambition citoyenne

Après une phase de rénovation, Babylab devrait s’agrandir, pour accueillir 75 enfants par jour. Le centre, communauté pour la libre fabrication numérique et l’utilisation de logiciels libres, nourrit un rêve : celui de contribuer à lancer d’autres Fablab, au service de la science et de la technologie. Objectif : aider le continent africain à vivre durablement et positivement sa transition numérique. L’outil numérique peut être un moyen pour transformer chaque citoyen en un entrepreneur du changement. Abobo n’est-elle pas classée zone rouge en matière de cybercriminalité ?

Vers l’autonomie

Babylab, né grâce à une dizaine de fondateurs, compte une cinquantaine de membres. Obin Guiako, Edwige Gbogou, Beugré Dimitri, Marcellin Koné, Diabaté Abdoulaye, Ghislain Dessieh en sont les figures de proue. L’association a été lancée sur fonds propres, puis le gouvernement français a apporté une aide. Ce FabLab pionnier, facture désormais des prestations de service. Et, depuis le mois d’octobre 2017, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) lui octroie une subvention.
Rita Dobro, Afrik Activ’
En savoir +
Obin Guiako : 02 56 63 35 / 48 67 18 04
Rita Dro pour Afrik Activ’
Tagged , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *