A la merci des Débalousseurs

IMG_20170630_094138_784
Voleur à la tire, pickpocket, filou ou larron, c’est selon. Le débalousseur en nouchi (argot ivoirien) est en fait un fripon très présent, rapide et habile qui sévit surtout à Adjamé, le quartier commercial le plus fréquenté de toute la Côte d’Ivoire. Ceci au grand désarroi des 3 millions de personnes qui le traversent quotidiennement.

Le tronçon Texaco-Mirador, est l’un de leurs lieux de prédilection.

Qui sont-ils?

IMG_20170630_094206_304Vous ne saurez pas de prime abord. Mi-ange mi démon, à vue d’œil ces pillards ont tous l’air de jeunes travailleurs venus chercher la pitance journalière dans cette commune mère de la débrouillardise. Tantôt chargeurs, tantôt apprentis Gbakas ou vendeurs ambulants, ou encore simples passants… Ces malfaiteurs d’un genre nouveau se fondent facilement dans la masse et revêtent le statut de jeunes personnes lambda dans cet Adjamé bruyant et saturé à ras bord. 300 mille individus y habitent et des milliers de petits commerces et gares routières à la chaine se palabrent le moindre lopin de terre. A une minorité de ces garçons, on donnerait le bon Dieu sans confession, l’allure et la technique d’approche des autres pas loin du harcèlement parlent d’elles mêmes. Le black market, gros marché au noir, de recel et de vente d’articles électroménagers d’occasion y est pour beaucoup dans la formation de la réputation peu sulfureuse de cet endroit.

Comment opèrent-ils?

Une vue du black market   Photo: internet

C’est donc dans cet environnement où automobilistes de tout type et piétons peinent à se frayer un chemin que foisonnent et opèrent nos fripons.

Dès 6h du matin à la célèbre station-service Texaco d’Adjamé où siège MICAO, la gare de la zone industrielle de Yopougon, ces malfaiteurs sont déjà postés. Là les travailleurs venus des 4 coins de la capitale emprunter tous les matins le Badjan, véhicule de transport en commun de 30 places, sont passés aux peignes fins. Les truands discrets tels des sentinelles ont déjà leurs cibles potentielles dans le viseur. Ce sont les passagers imprudents qui manipulent aux fenêtres du véhicule téléphones portables, sacs à main et autres effets personnels de valeur ou pas, mais susceptibles d’être vendus et de rapporter le moindre sou.
C’est une fois le badjan en route que ces aigrefins se mettent en scène. Le tronçon constamment embouteillé à tout moment de la journée 7 jours/7 se transforme alors en terrain de chasse. A toute allure et à une vitesse éclair, les resquilleurs bravent tous les risques pour arracher depuis les fenêtres casques, téléphones, sacs à main, bracelets, chaines au cou… tout est pris sans aucune vergogne aux passagers embêtés et préoccupés par l’éternel ralentissement, source de leurs nombreux retards.
C’est très souvent avec stupeur, étonnement parfois sans mot que les victimes constatent ce qui vient de leur arriver. Les grandes douleurs sont muettes dit-on. Et c’est sans inquiétude aucune, sous le regard ébahis des passagers, que les malfaiteurs disparaissent rarement avec empressement.
Dans le véhicule, des voisins compatissent, certains relatent leur mésaventure dans ce même endroit quand d’autres sermonnent tout en rappelant les mesures de précautions dans ce lieu à haut risque. Le trajet dure plusieurs dizaines de minutes, une éternité pour le reste des passagers qui plongés dans une double angoisse, celle du retard et du vol s’agrippent à leurs effets comme à des talismans. En route pour un énième autre voyage où le même scénario, devenu presqu’une tradition se répètera.

Quelques mesures de protection

Il  est fortement recommandé aux passagers de :

• Eviter de manipuler les téléphones aux fenêtres des véhicules
• Ranger effets et bijoux
• Laisser de préférence à la maison les affaires personnelles et les documents dont vous n’avez pas besoin.
• Limiter la quantité d’argent cash que vous avez sur vous.
• Répartir documents et objets de valeur dans plusieurs sacs.
• Ne jamais conserver ensemble les clés
• Apprendre le code secret des cartes de paiement et ne pas les noter sur les cartes.
• Opter pour un sac qui peut bien se fermer et porter la fermeture contre le ventre ou la poitrine.
• Préparer le titre de transport ou l’argent pour les transports en commun de façon à ne pas devoir sortir un portefeuille au moment où tout le monde peut le voir.
• Ne pas exhiber de bijoux.
• Faire une copie des documents de valeur comme votre carte d’identité. Ainsi les informations nécessaires pour les remplacer seront disponibles.
• Etre toujours vigilant.

Publicités
Tagué , , , ,

4 réflexions sur “A la merci des Débalousseurs

  1. Patrice dit :

    Superbe article! La réalité est vraiment triste!

    J'aime

Exprimez-vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :